La vignette verte d’assurance pourrait disparaître et c’est plutôt une bonne nouvelle

Posted on

Une fois par an, si vous êtes motard, automobiliste ou conducteur de scooter, vous recevez la petite vignette verte qui signifie que vous êtes assuré. Un simple autocollant vert, en papier, qui doit être apposé sur le côté droit de votre pare-brise. Cette attestation d’assurance indique la durée de votre contrat, votre numéro de contrat, votre plaque d’immatriculation, etc. Depuis quelques jours, on se dit que cette vignette verte, en service depuis plus de 40 ans, va bientôt disparaître de notre champ de vision . C’est en tout cas le souhait de la fédération des compagnies d’assurances qui discute actuellement avec le gouvernement pour faire disparaître le fameux livre vert. Pourquoi ? Ce qui sera avantages et conséquences pour l’assuré ? Nous vous expliquerons tout.

Pourquoi supprimer cette vignette ?

Si cette vignette venait à disparaître, elle permettrait d’abord économie de papier. Avez-vous déjà remarqué que sur la feuille envoyée, vous n’en gardez qu’un tiers ? Des millions d’assurés jettent ainsi chacun les deux tiers d’une feuille A4 chaque année depuis 40 ans. Mais ce n’est peut-être pas le plus important ! En matière de sécurité routière, les véhicules seraient donc regroupés via le fichier des véhicules assurés (FVA). Ce fichier répertorie tous les véhicules assurés en France. Cela exclut donc tous les automobilistes qui roulent avec une vignette verte, mais sans assurance ! Supprimer la vignette verte serait donc une nouvelle façon de lutter contre la fraude Assurance!

Une voiture rouge
Crédit photo : Alexandre Bonazzi pour Neozone

Pourquoi la fraude à l’assurance peut-elle être dramatique ?

Certains automobilistes peuvent y voir une nouveaux moyens de répression, mais à bien y penser, ne s’agirait-il pas plutôt d’un nouveau moyen de prévention ? Certes, si on extrapole un peu, le contrôle des assurances peut se faire grâce à la plaque d’immatriculation du véhicule et donc, par un radar automatique. Pour ceux qui prennent le risque de rouler sans assurance, mais avec une vignette verte, ce sera donc effectivement très répressif, mais n’est-ce pas une façon de protéger les utilisateurs ? Ce fichier existe depuis 2016, il n’est donc pas nouveau, mais il n’est pas utilisé par la police, qui y a pourtant accès depuis 2019. Tous les assureurs sont également tenus de déclarer un véhicule assuré dans les 72 heures suivant la signature du contrat.

Le coût pour l’assuré devrait diminuer

En supprimant la vignette verte, il est possible d’envisager une baisse des cotisations. De plus, cette année, les primes commencent à diminuer après quatre années consécutives d’augmentation. Moins de papier, moins de risque d’être verbalisé de 35€ pour avoir oublié de changer la vignette, moins de documents à présenter en cas de contrôle et donc une éventuelle réduction des cotisations. Si les discussions aboutissent, la vignette verte pourrait être éliminé d’ici 2023 ou 2024. Nous avons donc encore le temps de nous préparer psychologiquement.

Quelles sont les conséquences avec un véhicule non assuré ?

Comme on vous le disait, rouler sans assurance mais avec une vignette verte est un jeu d’enfant. Fabriqués en papier, ils sont facilement falsifiables et permettent de conduire sans être assuré, mais les conséquences peuvent être terribles en cas d’accident. De plus, les associations de sécurité routière, telles que Victimes et avenir par exemple, sont favorables à ce changement. Tout d’abord, vous devez savoir que « Conduire sans assurance automobile constitue un délit : Infraction jugée par le tribunal correctionnel et punie principalement d’une amende et/ou d’une peine d’emprisonnement inférieure à 10 ans. Vous risquez une amende de 3 750 €. Vous risquez également de voir votre permis de conduire suspendu; annulation du permis de conduire ; confiscation du véhicule ; l’obligation de suivre un cours de sensibilisation à la sécurité routière ». En cas d’accident causé à un tiers ou à vous-même, vous n’aurez aucun recours. Les victimes des agissements de ceux qui conduisent sans assurance rencontreront d’énormes difficultés pour obtenir une indemnisation. Et en cas d’accident mortel, le non-assuré paiera son inconscience toute sa vie !

Leave a Reply

Your email address will not be published.