Álex Rins a “fondu en larmes” lorsqu’il a appris le retrait de Suzuki

Posted on

L’annonce du départ de Suzuki a été un “gros choc” pour Álex Rins, qui peine à comprendre la décision du constructeur.

Les pilotes Suzuki étaient naturellement au cœur de l’attention ce jeudi sur le circuit du Mans, dix jours après la révélation par Motorsport.com du départ de Suzuki en fin d’année, une intention enfin confirmé par le constructeur japonais ce jeudi. La nouvelle a eu l’effet d’un coup de massue pour Alex Rinsinformé par ses dirigeants au lendemain du GP d’Espagne, alors qu’il avait entamé des discussions avec la marque en vue d’une prolongation pour la saison 2023.

“Après le test de lundi à Jerez, Livio [Suppo, le team manager] et Sahara-san [le chef de projet] m’a pris à part et m’a briefé dans leur bureau”a expliqué Rins. “C’était super dur. J’ai fondu en larmes parce que j’ai tout donné à cette équipe depuis 2017, pour essayer de leur donner beaucoup d’informations afin d’avoir une moto compétitive, une moto gagnante. Les membres aussi ont tout donné depuis 2015, quand Suzuki est revenu. Ce fut un grand choc pour moi, ce fut un grand choc pour toute l’équipe. Ce n’est pas facile.”

Suzuki avait pourtant envoyé des signaux encourageants pour son avenir ces derniers mois, entre l’introduction d’un moteur plus puissant et le recrutement de Livio Suppo pour insuffler un nouveau souffle à l’équipe. Rins a du mal à comprendre la décision et n’a pas reçu d’explication des dirigeants du constructeur automobile au Japon.

« Que je comprenne ou pas, ça n’a pas d’importance. C’est sûr que la décision a été très dure pour moi parce qu’on se bat pour le championnat, l’équipe est en haut du tableau, donc c’est très difficile à comprendre. Les instances dirigeantes ont pris la décision chez Suzuki et c’est ce qu’elle est. Vous ne pouvez pas le changer.”

C’est un peu bizarre parce que le président de Suzuki, Toshihiro-san, est très sympathique”il ajouta. “Il m’a envoyé une vidéo me félicitant de la naissance de mon bébé. Je n’ai rien reçu [concernant le départ de Suzuki], c’est justement ce que Livio et Sahara-san nous ont communiqué. C’est tout.”

Álex Rins souhaite désormais bien terminer sa saison avec une équipe Suzuki à l’ambiance familiale et dont il côtoie les membres depuis ses débuts en MotoGP en 2017 : “Au final, je trouverai quelque chose pour l’année prochaine – je pense – mais pour eux, je pense que c’est un peu plus difficile. Je suis vraiment désolé parce qu’ils sont comme une famille pour moi. Il faut essayer de terminer la saison dans le Ce sera mon dernier week-end au Mans avec Suzuki. Profitons du moment chez Suzuki sur ce circuit car l’année prochaine ce sera avec une autre moto. Nous allons tout donner.”

En tout cas, le Barcelonais fait confiance à Suzuki pour continuer à développer la GSX-RR jusqu’à la fin de l’année, suivant le programme prévu : “Ils disent que le budget de cette année est fermé, donc ils vont tout apporter, ils vont mettre l’effort. Et croyez-moi, les Japonais et les mécaniciens ont été encore plus détruits [par l’annonce]. En ce qui concerne le développement, nous attendons un nouveau package aérodynamique à Montmeló.”

« Vont-ils l’amener ? se demanda Rins. “Je ne sais pas. Moi, en tant que pilote et en tant que personne, je dois croire en eux et je ne dis pas ça pour bien paraître, je le crois. J’ai une bonne relation, tant avec l’équipe qu’avec Livio, seul avec Sahara-san et je les crois. J’ai vu un Japonais pleurer quelques fois et quand il a appris la nouvelle, il était par terre… Je les crois.”

Rins souhaite également terminer l’aventure en beauté : “Nous avons déjà deux podiums cette saison et nous en voulons beaucoup plus. Nous voulons leur montrer [qu’ils ont eu tort de partir].”

Avec Charlotte Guerdoux

Lire aussi :

Leave a Reply

Your email address will not be published.